Err

Comment bien choisir son chaton - Graines De Champions

Comment bien choisir son chaton :

Eleveur professionnel ou particulier :

Il s'agit en règle générale, de la toute première question à se poser !!!

Si l'achat chez un particulier ouvre principalement la voie à un prix beaucoup plus faible et déloyal face aux contraintes d'un professionnel, le particulier qu'il fraude ou pas prend de nombreux raccourcis (pas de charges, pas de contrôles sanitaires, pas de TVA, pas de livres sanitaires et de livres d'entrées et de sorties à tenir à jour, et dans la plupart des cas pas de formations non plus dans le domaine animalier), il y a aussi à prendre en compte toutes les contraintes qui peuvent en découler, comme le manque de connaissances des maladies (génétiques ou non), le manque de connaissances de la morphologie (standard) des animaux élevés et bien d'autres paramètres à connaitre et à mettre en oeuvre pour le bien être des reproducteurs et des naissants).

Avant de choisir :


Quoi qu'il en soit, un éleveur sérieux professionnel ou particulier sera en mesure de vous fournir des informations cruciales concernant la santé de votre éventuel futur compagnon, à savoir :


- Une généalogie connue au moins sur 3 à 4 générations minimum, ainsi que les tests sur diverses maladies concernant l'espèce et la vaccination de ses reproducteurs.


- Etre en mesure, de vous montrer la maman, voir le papa, et en cas de saillie extérieure, au minimum la photo du papa.


- Il doit également être en mesure de répondre à toutes vos questions concernant l'animal, sans être évasif et flou dans ses explications, n'hésitez pas à le tester sur une ou plusieurs questions simples dont vous avez déjà les réponses, afin de déterminer ses connaissances.


- Un bon éleveur, ne vous dira jamais non pour visiter son élevage, dans le cas contraire, il a surement quelques choses à se reprocher. Peu importe qu'il s'agisse d'un élevage extérieur ou intérieur, même si le fait d'avoir de nombreux animaux apporte par conséquent une odeur forte, l'hygiène et le milieu de vie quant à eux, doivent être quasiment irréprochables.


Et désormais, nos prochains paragraphes attaquent les dossiers sensibles.

Les tenants et les aboutissants :


Difficile de s'y retrouver avec les nombreux vendeurs présents de nos jours, encore plus depuis la fin du siècle dernier avec l'accès au web, et duquel désormais émerge régulièrement des sites de petites annonces ou encore des réseaux sociaux à chaque coin de rue.


Et c'est principalement sur ces derniers que le bas blesse !!!


Ceux-ci facilitent grandement la mise en relation entre les vendeurs et les potentiels acheteurs, possédant un grand nombre d'utilisateurs qu'ils espionnent à travers des algorythmes et se souciant peu de la légalité des annonces publiées, ainsi que de l'honnêteté et de la transparence de leur rédacteur. Et pour cause, une mise en avant leur rapporte quelques euros sur chaque publication ou à chaque clic et les annonces sont quasiment toutes suivies de "publicités cibles".


Par consèquent, ces agissements ont désormais attiré un nombre d'escrocs difficilement calculable, français, mais aussi depuis l'étranger, auxquels viennent s'ajouter des vendeurs peu scrupuleux qui joueront constamment sur des prix toujours plus bas au détriment de la qualité sanitaire et morphologique de l'espèce choisie, que ce soit à travers l'utilisation d'alimentation inappropriée et pauvre en carné, mauvaises conditions de maintenance et d'éducation, achat revente des animaux à travers le trafic d'animaux, chaque achat auprès d'un mauvais vendeur, pousse celui-ci à recommencer et enfonce un peu plus les éleveurs passionnés qui veulent continuer à se battre pour le bien-être de l'espèce qu'ils sélectionnent et cherchent une issue favorable pour sortir leur épingle de ce jeu !!!


Si les éleveurs professionnels de chats de race proposent leurs petits à des prix allant de 850 à 1500 euros en moyenne, on retrouve chaque année de plus en plus de chatons en don ou moyennement 150/500 euros sur des sites internet de petites annonces. Ce prix extrêmement bas est directement corrélé à la qualité des soins et de l'attention effectuée pendant la croissance des chatons : pas de vaccin et de visite vétérinaire, pas de test sur les maladies, pas de vermifuges, ni de nourriture adaptée.

La normalisation de telles fourchettes de prix a pour effets pervers de tirer vers le bas le montant que les adoptants sont prêts à payer, ainsi que leurs exigences en matière de bien être animal. Cela incite les particuliers et les pseudos professionnels à continuer de fournir un « travail » de très mauvaise qualité, tout en détournant le public des éleveurs professionnels consciencieux.

Et le particulier dans tout ça ???


Si un très faible pourcentage de ceux-ci sont passionnés (et nous en connaissons quelques uns), la majorité sont malheureusement très peu informés et expérimentés sur le rôle de l'éleveur et les enjeux et les risques pouvant découler de la reproduction.


Le retour des beaux jours s’annonce, la nature se réveille, de nombreux particuliers découvrent que leur femelle présente déjà des signes de chaleurs. Pour certains d’entre eux, la tentation est trop forte et en quelques minutes seulement, la décision de faire une portée à sa femelle est prise, cette décision qui paraît très anodine ne doit jamais être prise à la légère et la moindre des choses, est de s'y préparer bien à l'avance.


Les particuliers sont malheureusement trop peu renseignés par rapport aux enjeux associés à la reproduction et bien que les associations de protection animale essaient de détruire ce mythe, la reproduction d’animaux de compagnie reste perçue comme un hobby facile et peu contraignant, pouvant apporter un peu de beurre dans les épinards aux yeux du grand public. La plupart décide de faire reproduire leur animal pour garder un de ses descendants, sans penser une seule seconde aux innombrables problématiques qu'est un tel acte et ce que cela implique. État sanitaire et généalogies des reproducteurs, objectifs de sélection, les frais que cela va engendrer.


Autant dire que le projet, souvent perçu comme une possible source d’argent facile par les particuliers, peut en réalité devenir une source d’importantes dépenses et un véritable cauchemar !!!


Ces questions souvent complexes, qui constituent la grande partie du travail d’un éleveur passionné et attentionné, sont bien trop régulièrement absentes du processus décisionnaire des particuliers, qui ne savent pas forcement comme le mettre en oeuvre. Elles sont pourtant indispensables à la mise en place d’un projet de reproduction raisonnée et sérieux, comme vous allez pouvoir le découvrir ci-dessous.

La dure réalité de la reproduction :


Une reproduction sans problème reste déjà synonyme de grosse facture en soi, entre les vermifuges, l'identification par puce électronique et la vaccination (naissants et reproducteurs), le moindre souci peut rapidement engendrer des frais vétérinaires qui dépassent largement les bénéfices prévus dans une comptabilité.


Si votre femelle doit subir une échographie, il vous en coûtera en moyenne 70 à 100 €. Si la mise-bas ne se passe pas correctement et qu’il faut procéder à une césarienne, la facture s’élevera en moyenne à 300 euros, sans même parler des éventuelles hospitalisations et biensur, des possibles décés de votre femelle et de ses petits.


Non, la reproduction n'est pas toujours rose, et de prendre la décision d'effectuer une portée, c'est aussi prendre le risque de perdre sa femelle dans d'atroces souffrances et il n'est pas toujours aisé de vivre avec, sachant que nous sommes responsables du décés, suite à notre prise de décision de la faire reproduire.

Les conséquences des reproductions sauvages et non-contrôlées :


Le constat est sans appel, qu'il s'agisse de chiots, de chatons ou de furetons, sans même parler des chiffres des NAC's en général (lapins nains, hamsters, cobayes, ect), les reproductions clandestines provoquent un nombre de jeunes non régulable chaque année, ce qui poussent un grand nombre de pseudo-éleveurs à faire le plus d'économies possibles sur leurs portées et incitent d'une part :


- De nombreux acheteurs à chercher un prix toujours plus bas au détriment du bien-être de l'animal recherché,

- De normaliser la reproduction irraisonnée par le grand public qui répéte chaque année la reproduction,

- De pénaliser les vrais passionnés qui recherchent toujours le meilleur pour leurs petits protégés.


Et secondo :


- Participent involontairement à la flambée des abondons annuels.

- N'aident pas les gens à prendre conscience sur les abondons.


La conséquence la plus dramatique des reproductions sauvages est "l’abandon". Oui, hormis le fait qu'il n'y a en général pas de puce électronique lors de la vente, et qu'il est donc quasiment impossible d'obtenir un responsable en cas d'abondon ou de maltraitance, un nombre important de tout ces animaux acquis pour une somme misérable, finissent par passer de main en main, lorsque qu'il y a des problèmes chez l'adoptant initial.


Cette problématique est déjà très bien connue des associations de protection animale en ce qui concerne les chiens et les chats, et une grande majorité des chiens et chats accueillis par les refuges chaque année sont issus de reproductions effectuées par des particuliers, qui ne possèdent en général aucune traçabilité, et non d’achats chez des éleveurs professionnels passionnés, contrairement à la croyance populaire.


En reproduisant pour vous amuser, vous prenez le risque que plusieurs des naissants nés chez vous finissent leurs jours dans un refuge, après être passés par plusieurs foyers…


Comme chez les chiens et les chats de compagnie, on conseille désormais de stériliser ou de faire poser un implant aux furets non destinés à la reproduction.

 
 Paiement en ligne 100% sécurisé par CB
  En 4 fois sans frais supplémentaires
 Livraison rapide dès la disponibilité

 Livraison personnalisée pour chaque client

 Contactez-nous directement
          De 9h à 23h au 09 67 34 24 29 (7/7 j)